Centre d'études et de recherches en arts platiques
accueilexposition sarchives > Hervé Rabot : Avec Elles & Autres Feux

Hervé Rabot : Avec Elles & Autres Feux

du mardi 23 novembre 2010 au vendredi 10 décembre 2010 -

L’UFR d’Arts plastiques et Sciences de l’Art et la Galerie Michel Journiac
de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne présentent

HERVE RABOT

Avec Elles & Autres Feux

du 23 novembre au 10 décembre 2010
Vernissage le 30 novembre à partir de 17h
Galerie Michel Journiac
47, rue des bergers, 75015 Paris. Métros : Charles Michels / Lourmel
ouvert du lundi au vendredi, de 13h à 17h et les mardis et jeudis jusqu’à 20h.
Tél : 06. 88. 45. 18. 01 plus d’informations sur : http://www.galeriemicheljourniac.sup.fr

DÉBAT LE 23 NOVEMBRE - 18 heures -amphithéâtre

RICHARD CONTE (Directeur du CERAP, Université Paris 1)
JEAN DA SILVA (Directeur de l’ED arts et sciences de l’art, Paris 1)
MICHELLE DEBAT (Université Paris 8, esthétique)
JACINTO LAGEIRA (Université Paris 1, esthétique)
GISÈLE GRAMMARE (Université Paris 1, arts plastiques)
AGNÈS TRICOIRE (déléguée de l’Observatoire de la liberté d’expression en matière de création de la ligue des droits de l’homme)
Débat en présence de l’artiste animé par SANDRINE MORSILLO (Université Paris 1)

NUS OSTENSIBLEMENT NUS

L’ostensiblement nu arbore avec insolence le corps immanent, matériel, délivré du vieux péché de chair et insouciant du désir qu’il serait susceptible d’éveiller. Les femmes volontaires de Hervé Rabot ne sont pas des mannequins anémiques ou des porno-stars siliconées, ce sont des femmes « de tous les jours », des copines, des voisines, des collègues… Avec cet artiste, elles acceptent d’offrir la crudité de leur apparence corporelle à nos regards de mâles piégés. Mais le point de visée adopté ici est contrarié par le regard sans complaisance de ces femmes. Il s’envole on ne sait où. Il échappe au prédateur sans lui refuser sa ration de voyeurisme. On pense à la « pitié » dont parle Deleuze à propos des œuvres de Bacon. Ce qui expliquerait que c’est bien « avec elles », dans une complicité signifiante assumée, que travaille Rabot. Et puis c’est vrai enfin qu’elles semblent émerger de la couleur comme pour l’épiphanie d’un corps humain, cette fois donné pour ce qu’il est et rien de plus. Sauf peut-être, une image.

fichiers à télécharger

pdf de l'article
© cérap - Tous droits réservés | plan du site | flux rss | contact | crédits