Centre d'études et de recherches en arts platiques

Olga Kisseleva

Présentation

FRANCAIS

Le mode opératoire de l’artiste Olga Kisseleva s‘inscrit dans une démarche scientifique expérimentale.
Un décalage, détecté au cours d’un processus ou dans le fonctionnement d’une structure, l’amène à formuler une hypothèse, expliquant l’observation en question, et dans la mesure du possible, à proposer une solution à la problématique. Dans ce but, elle identifie les compétences scientifiques nécessaires pour effectuer les études et elle pilote une recherche.

Olga Kisseleva fait appel aux sciences exactes, à la biologie génétique, à la géophysique, ou bien aux sciences politiques et sociales. Elle procède aux expérimentations, calculs et analyses, en respectant strictement les méthodes du domaine scientifique concerné. Son hypothèse artistique est ainsi vérifiée et approuvée par une méthode strictement scientifique.

Dans chacun de ses projets, à tous les stades de leur développement, depuis l’élaboration du travail (la prise en considération du contexte) jusqu’à la récolte des indices permettant aux propositions esthétiques de voir le jour, se trace une ligne sur laquelle les différents éléments convoqués viennent s’inscrire. Cette manière d’adresse aux lieux et aux personnes accorde à l’artiste une place singulière, dans une forme d’engagement qui consiste à questionner, à affronter ou à tester les éléments constitutifs de la réalité d’une situation. Cet engagement peut emprunter des médiations nombreuses, des supports et des modes de présentation aussi divers que les situations elles-mêmes. Mais il implique toujours, pour le spectateur comme pour l’artiste, la fidélité à un mot d’ordre, la vigilance, et s’en remet à un principe de responsabilité, qui nécessite l’instauration de relations ouvertes entre les différents éléments mis en jeu par les propositions esthétiques.

/Christophe Kihm, extrait du catalogue "Windows", exposition personnelle d’Olga Kisseleva au Musée Chagall, Nice, France, 2007-2008/

ENGLISH

The artist Olga Kisseleva’s approach to her work is much the same as a scientist’s. A discrepancy detected during a procedure or within the workings of a structure oblige her to formulate a hypothesis, in order to explain the complication in question, and wherever possible, to propose a solution to the problem. She then determines the skills necessary to pursue the relative study, and commissions the research. The artist calls upon exact sciences, on genetic biology, geophysics, and also on political and social sciences. She proceeds with her experiments, calculations and analyses, while strictly respecting the methods of the scientific domain in question. Her artistic hypothesis is thus verified and approved by a strictly scientific method.

In each of Olga Kisseleva’s projects, at each stage of its development, from the initial draft (when the context is taken into consideration), until the moment when the indications allowing the esthetic propositions to come to light are gathered together, a line is traced upon which the different elements convened are inscribed. This way of addressing places and people allows the artist to take on an unusual position, a kind of involvement consisting of questioning, affronting or testing the elements constituting the reality of a situation in which she can borrow from numerous mediations, supports and modes of representation as diverse as the situations themselves. Yet it still implies, for the viewer as well as the artist, a certain faithfulness to a watchword - vigilance - returning to a principle of responsibility, and implying the establishment of open relationships between the different elements brought into play by esthetic propositions.

/Christophe Kihm, excerpt from the catalogue "Windows", solo show by Olga Kisseleva at the National Marc Chagall Museum, Nice, France, 2007-2008/

Œuvres

galerie photos

conférences-interface

 

© cérap - Tous droits réservés | plan du site | flux rss | contact | crédits